Nos Valeurs pédagogiques

  • Présentation

    La crèche est un lieu de vie et d’éveil qui doit permettre à l’enfant de se construire et de s’épanouir harmonieusement, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique, affectif et social.

    Les besoins du tout-petit doivent être pris en compte, aussi bien dans le cadre de l’accueil régulier que dans celui de l’accueil occasionnel.
    C’est aussi un lieu de prévention, où la protection et l’écoute du jeune enfant et de sa famille sont mises au premier plan.

    Cette formule d'accueil permet de répondre à un besoin de places d'accueil, est axée sur les principes suivants :

    • L'accueil du jeune enfant au sein d'une structure adaptée, permet d'assurer sa sécurité, son hygiène et son confort tout au long de la journée.
    • L'accompagnement individualisé, au plus près des besoins des enfants en fonction des âges et des niveaux de développement, est favorisé par l'organisation de la structure.
    • La proximité des parents et des professionnels est une priorité pour maintenir une qualité d'accueil qui concilie les besoins des familles, et les contraintes liées à l'accueil collectif.

    La crèche est en capacité d'accueillir au maximum 10 enfants par jour et par établissement.

    Chaque établissement a une superficie comprise entre 100m2 et 200 m2 avec une aire de jeux extérieure et est aménagé en conformité avec la charte sur les micro-crèches des Bouches du Rhône. (sécurité incendie / handicapé / hygiène norme HACCP)

    Nos micro-crèches sont ouvertes tous les jours, sauf samedi et dimanche, fêtes et jours fériés, avec une amplitude horaire de 10 heures par jour (8h00 à 18h00). L'accueil des enfants s'effectue au plus tard à 8h45 pour ne pas perturber les activités en cours, et le départ se fera à partir de 16h00.

    Nous pouvons répondre aux besoins d'accueil à temps plein, à temps partiel, ou occasionnel des familles.

  • Favoriser un accueil de qualité

    Accueillir un enfant, c’est aussi accueillir sa famille !

    Ouvrir la structure aux parents, c’est permettre à l’enfant de surmonter la séparation d’avec son milieu familial, et aux parents d’investir les lieux où leur enfant va vivre une partie de la journée.
    Il est également important d’établir une relation privilégiée, individualisée, continue avec le ou les adultes de référence, dans le respect des rythmes propres à chaque enfant. C’est par l’observation, fondement des actes professionnels, que l’on propose à l’enfant des réponses adaptées à ses besoins.

    Il y a également des repères dans l’espace et dans le temps qui le rassurent ; ils s’organisent d’une part dans la vie quotidienne, les soins, les activités, l’accompagnement constant de l’adulte par la voix, le regard et le geste dans un échange réciproque avec l’enfant ; et d’autre part dans le groupe d’enfants constitué de manière aussi stable que possible, de taille restreinte pour mieux bénéficier de l’attention et de la présence régulière et sécurisante d’un adulte de référence.

    L’enfant a besoin de moments de maternage, et de moments où il peut se construire par lui-même, dans un environnement riche de propositions d’activités ou de relations avec ses copains et les adultes. Il a besoin d’espaces privés où il peut s’approprier un territoire, s’isoler, mener à bien ses expériences, et d’espaces aménagés où, en toute sécurité, il peut développer ses potentialités intellectuelles, sensorielles, psychomotrices et relationnelles. Il doit pouvoir contrôler à tout moment la présence de l’adulte qui l’accompagne dans sa recherche d’autonomie.

  • Préparer l’adaptation de l’enfant dans la structure

    La période d’adaptation s’organise avant l’admission et se planifie sur une quinzaine de jours (la durée de cette période sera adaptée aux besoins de l'enfant).

    Elle permet de faire mutuellement connaissance (entre l’équipe/l’enfant/ainsi que ses parents), découvrir un nouvel environnement (la structure), de créer progressivement une relation de confiance. C’est également un moment d’échanges et de communication intense autour de l’enfant et de son histoire personnelle et familiale, de ses habitudes de vie. Pour ce faire, une fiche de suivi (anamnèse) permet de noter les habitudes alimentaires, d’endormissement, de soins, de jeux de l’enfant et de guider la personne « référente » pour répondre à ses besoins spécifiques.

    Au cours de cette période d’adaptation, le parent montre comment il répond à une demande de son enfant puis progressivement va se séparer de lui pour que l’enfant parvienne, avant son entrée dans la structure, à passer une petite journée sans lui.
    Le « doudou », ou objet transitionnel est conseillé pour faciliter la séparation et donner un repère à l’enfant (objet doux, portant l’odeur de sa maman). Il maintient la relation, sa position est à mi-chemin entre le « dedans » et le « dehors ». Si le « doudou » est pris en considération et respecté, on pourra dès lors lui attribuer une place réelle : il est unique pour l’enfant, c’est pour lui la transition entre le connu et l’inconnu.

  • Assurer les transmissions quotidiennes : accueil et retrouvailles

    Elles conditionnent la qualité d’accueil de l’enfant et sont indispensables pour assurer la continuité des soins et de la prise en charge de l’enfant.

    Le cahier de bord de la structure permet à chacun (professionnels/parents) de noter les observations importantes de la journée : alimentation, sommeil, transit, éveil, maladie, événements exceptionnels…
    L’enfant, au fur et à mesure qu’il grandit, peut ressentir le besoin de mettre en place un rituel qui le tranquillise (« dire au revoir par la fenêtre », « être pris dans les bras », etc.). Le « doudou » est aussi le meilleur moyen d’apaiser ses angoisses, et de gagner en autonomie.
    Il est important de pouvoir prendre le temps qu’il faut pour faciliter ce temps de départ et de retrouvailles.

  • Respecter les rythmes individuels de l’enfant

    Les rythmes physiques (alimentation, changes), physiologiques (alternance veille/sommeil) et ceux des acquisitions motrices et intellectuelles doivent être respectés au maximum pour favoriser l’autonomie de l’enfant.

    Ainsi le tout-petit évoluera-t-il sur un tapis d’éveil, entouré de jeux et de jouets adaptés à son âge, et stimulé par l’adulte. Il ne sera jamais mis dans une position qu’il n’a pas acquise lui-même (ex : la position assise). Il doit être acteur de son développement.
    Les temps de repas sont considérés comme des moments de plaisir, de découverte et d’échanges. À chaque fois que le nourrisson manifeste des signes de faim, il est important que l’adulte y réponde rapidement. C’est pourquoi il est nécessaire d’anticiper ces moments afin de ne pas se laisser déborder et générer une trop grande frustration chez le tout-petit.

    Les différentes introductions alimentaires sont d’abord effectuées par les parents puis par le personnel de la structure. Généralement les légumes, les compotes de fruits, la viande sont donnés à la petite cuillère et un seul aliment est introduit à la fois. Il permet de respecter le choix de l’enfant d’accepter ou non l’aliment nouveau. L’enfant qui commence à refuser un aliment, à détourner la tête ou à pleurer ne sera jamais forcé ou réprimandé.
    L’introduction nouvelle sera proposée ultérieurement. Le lait reste l’aliment essentiel les 6 premiers mois de la vie de l’enfant, et reste primordial par la suite.

    Les nourrissons sont pris en charge individuellement au moment du repas, les professionnelles adaptent un comportement contenant et sécurisant. À partir du moment où il sait s’asseoir seul sur une chaise, il est installé à table individuellement puis collectivement, toujours accompagné par l’adulte.
    Les plus grands déjeunent ensemble sur du mobilier adapté. C'est un moment de calme pour discuter et découvrir les goûts et saveurs différents (la découverte avec les doigts n’est pas interdite, elle fait partie d’une étape indispensable pour aller vers l’autonomie alimentaire).

  • Réaliser les soins d’hygiène

    Ils sont effectués à chaque fois que cela est nécessaire, et avant un repas ou une activité. L’hygiène corporelle procure bien-être et santé. Elle participe également à la relation adulte/enfant.

    L’adulte explique les soins et fait participer l’enfant au fur et à mesure qu’il grandit. L’hygiène des mains s’effectue systématiquement avant et après chaque repas, et après une souillure (passage aux toilettes, activité salissante). Le brossage des dents est proposé après le repas du midi, lors de la dernière année de crèche. Il est conseillé de fournir une brosse à dents et d’en changer régulièrement (quand les poils s’écartent).
    Lorsque l’enfant a atteint une certaine maturité physique (monter et descendre un escalier) et qu’il manifeste le désir d’être autonome (maturité psychique), les parents lui proposeront d’aller aux toilettes ou sur le pot à la maison, la crèche prendra le relais. C’est un moment délicat où aucune contrainte ou réprimande ne doit être exercée sur l’enfant, pour ne pas le bloquer psychologiquement.

  • Respecter le sommeil

    Les besoins sont différents d’un enfant à l’autre ; c’est pourquoi le rythme individuel est respecté pour préserver la santé physique et psychologique de l’enfant.

    Par l’observation et les informations recueillies auprès des parents, l’adulte repère les signes de fatigue de l’enfant et le couche dans son lit qui reste au même endroit (pour offrir des repères habituels). Le rituel d’endormissement est également respecté et le « doudou » (s’il y en a un) est systématiquement proposé à l’enfant (tétine, peluche, tissu).
    Le temps de sommeil n’est pas limité, le lever des enfants est échelonné pour permettre une récupération optimale. Un adulte est toujours présent dans le dortoir lors de la sieste en collectivité.
    Un nourrisson ou un enfant qui refuse de dormir ne sera pas maintenu dans son lit.
    Dès que le nourrisson est éveillé, il est levé pour satisfaire à son désir d’éveil et de vie sociale.

  • Responsabiliser l’enfant tout en assurant sa sécurité

    Développer l’autonomie, c’est laisser l’enfant faire seul sans agir à sa place, en l’encourageant par la parole et le geste, et c’est aussi le féliciter.

    L’enfant va oser explorer, découvrir, prendre des risques, faire des tentatives avec des professionnels qui l’accompagnent en assurant sa sécurité.
    En accompagnant verbalement l’enfant dans ses découvertes et dans les situations de tous les jours, on lui fait prendre conscience de la réalité du danger ; il acquiert progressivement une réelle autonomie.
    En collectivité, l’aménagement des locaux est pensé pour limiter les dangers. Néanmoins, l’accompagnement de l’enfant dans la découverte de son environnement reste le même.
    La prévention des accidents passe par le dialogue et la verbalisation des interdits.

  • Favoriser l’éveil du tout–petit et la mise en place d’activités

    L’éveil du tout-petit à travers le jeu et les activités

    Dès la naissance, le jeu est primordial pour l’épanouissement sensoriel, psychique et moteur du tout-petit.
    Dès ses premiers jours, le bébé est avide de découvrir et de communiquer. En jouant, il prend progressivement conscience de son corps ; tout est prétexte à explorer, manipuler, toucher, sucer.
    Dès son arrivée en crèche, il sera installé sur un tapis de sol sur le dos, libre de ses mouvements. Il pourra ainsi évoluer en fonction de son rythme, encouragé par l’adulte.
    Les professionnels observent, proposent et guident le tout-petit dans ses découvertes. Ils veillent à ne pas déposséder l’enfant de son expérience propre, de ses découvertes.
    « Le jeu, c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie » (P. Kergomard, pédagogue).
    Le jeu appartient avant tout à celui qui joue, avec ses besoins, ses désirs, ses capacités, ses inquiétudes. Il permet également au tout-petit d’exprimer ses émotions (joie, pleur, colère, angoisse…).
    L’activité éveil auprès des enfants passe par une observation de l’enfant et des groupes d’enfants afin de proposer des activités adaptées au développement de chacun.
    Le jeu est l’activité principale de l’enfant ; quel que soit l’âge, il est source de plaisir, de découverte et de partage.
    Au travers des temps de « jeux libres » et des activités « dirigées », l’enfant se construit. C’est un moment où apprentissage et plaisir ne font qu’un.

    Les temps de jeu libre prennent une dimension exceptionnelle car ils permettent au tout-petit de se construire au-delà de l’interdit. Ils permettent à l’enfant de jouer seul ou avec ses petits camarades. Le « jeu libre » se définit comme une activité autonome. Les professionnels accompagnent l'enfant avec un regard bienveillant.

    Les activités « dirigées » se font ponctuellement. Elles sont organisées et programmées à l’avance par l’équipe.
    Chaque atelier a ses limites et ses règles, ce qui permet à l’enfant de se structurer et d’être conduit à la socialisation.
    L’enfant a le libre choix de participer ou non aux activités proposées, qui ne sont en aucun cas obligatoires ; seul l’adulte se tient à une activité fixe, laissant les enfants aller et venir à leur guise.
    Afin de développer les différents sens, plusieurs ateliers sont mis en place ; peinture, pâte à modeler, pâte à sel, collage, graphisme, cuisine, motricité, histoires,…

    Les ateliers d’expression corporelle ont pour objectif de programmer des activités dans le temps et l’espace, organiser des jeux, danser, favoriser la découverte du corps pour les enfants, organiser l’approche de la gymnastique par le plaisir et le jeu. L’ensemble des ateliers offre un outil d’expression et de communication privilégiée au tout-petit qui maîtrise encore mal le langage.

    L’éveil culturel et artistique. La musique permet de développer l’éveil musical chez le tout-petit. Cela éveille le sens musical, l’écoute, le rythme, fait participer les enfants à la découverte de multiples instruments. L’apprentissage de chansons et de comptines enrichit le vocabulaire de l’enfant. L’éveil aux livres fait partie également du projet de vie des enfants à la crèche. Très tôt, le jeune enfant se passionne pour la découverte du livre, dans une relation privilégiée avec l’adulte.

  • Faire participer les parents à la vie de la crèche

    Pour un accueil de qualité : confier son enfant est un acte important. Il est donc indispensable, pour lui comme pour ses parents, d’établir une relation de confiance avec les personnes qui vont l’accueillir et le prendre en charge.

    Le dialogue, une nécessité : pour cela un dialogue permanent est nécessaire. Les relations avec les professionnels qui s’occupent de l’enfant doivent être quotidiennes. Il ne faut pas hésiter à parler de ses habitudes, de son sommeil, de ses jeux, de sa manière de vivre le jour, la nuit. Chaque enfant est unique. Il a son propre rythme et sa personnalité. En aucun cas la crèche ne doit se substituer à l’action de la famille ; elle est un relais.

    Un cahier de transmissions pour les enfants accueillis régulièrement est un outil important de dialogue entre parents et professionnels.
    Les parents pourront discuter des principes éducatifs auxquels ils tiennent avec les professionnels de la crèche. L’enfant a besoin de continuité et supporterait mal une rupture totale entre ce qu’il vit chez lui et sur son lieu d’accueil. Des réunions avec les parents seront également organisées.

    Conférences petite enfance et fête de fin d’année : selon les besoins exprimés par les parents, des thèmes sur l’éducation ou la santé du jeune enfant pourront faire l’objet de conférences pour l’ensemble des familles.
    Des fêtes peuvent ponctuer l’année, notamment en juin et en décembre. Elles permettent des échanges conviviaux entre tous les protagonistes (parents-enfants-professionnels).

  • L'équipe

    La directrice :
    La directrice est garante du respect du projet, du bien être de l'enfant et de son développement harmonieux, et du bon fonctionnement quotidien de chaque établissement.
    Elle coordonne chaque équipe éducative des micro-crèches. Pour ce faire, elle assure l'encadrement et l'animation de l'équipe. Elle propose des outils de circulation d'informations et des temps de réflexion commune à l'équipe.

    • organise une réunion de fonctionnement et de régulation du travail hebdomadaire
    • assure l'harmonisation des pratiques entre les professionnels
    • apporte son soutien aux professionnels par son expertise éducative

    Le travail d'équipe nécessite : respect, confiance, écoute et soutien entre les membres.

    L'équipe d'encadrement des enfants :
    L'équipe est composée de 3,5 professionnelles (animatrice d'éveil) qui accueillent et accompagnent les enfants tout le long de la journée.
    Le poste d'animatrice d'éveil est ouvert aux assistantes maternelles ayant 3 années d'expérience, ou aux titulaires du CAP Petite enfance / BEP carrières sanitaires et sociales ayant au moins 2 ans d'expérience professionnelles :

    • elles veillent au bien être et au développement global et harmonieux de l'enfant
    • elles proposent des activités d'éveil, de jeux, socialisantes... en adéquation avec l'esprit du projet et dans le respect de chacun.
    • elles proposent un accompagnement individualisé lors des repas, change, accueil, départ.... et veillent à la qualité des échanges pendant ces moments.


    L'équipe est constituée de professionnelles pouvant apporter un accompagnement spécifique, et poser un regard bienveillant sur les enfants. Ces professionnelles ont des connaissances et des compétences générales sur les enfants, compte tenu de leur expérience et de leur formation.

    BB Pitchoun forme et accompagne ses équipes régulièrement par le biais de journées pédagogiques animées par la directrice ou par un organisme extérieur.

logo-bb-pitchoun-200